Lettre de témoignage en faveur du patch du professeur Fourtillan
LUCILE […]
PROFESSEUR EPS RETRAITÉE.
PARKINSONIENNE DÉCLARÉE : 9ÈME ANNÉE
TRAITEMENT : AZILECT, SIFROL, STALEVO (5×150), MODOPAR LP,(2×125), MODOPAR DISPERSIBLE, LAROXYL 35MG

La maladie de parkinson est neurodégénérative. Je sais que quoi que je fasse, je ne serai pas vraiment soignée malgré tous les médicaments qui nous donnent, pendant quelques temps, 3 ou 4 h, l'illusion de n’être pas trop malades.

Mais c'est un leurre.

La maladie augmente inexorablement, ainsi que les médicaments dont on ne peut pas se passer et qui donnent des effets secondaires parfois très graves et de plus en plus fréquemment...

Voilà pourquoi depuis le début, je suis réaliste, je cherche d'autres moyens thérapeutiques en passant des heures sur internet, essayant de discerner les réponses les plus raisonnables, évitant les gourous, où les promesses de traitement (pas avant 8 ans, avait dit l'un d'eux) !!!

La réponse la plus fiable est de toute évidence les cellules souches IPS.

Mais, combien de temps ?

Certaines personnes se meurent

Parmi mes amis parkinsoniens, 2 sont morts dans d’horribles souffrances. L’un des 2 avait à peine la cinquantaine !!



Et, à force de chercher, j’ai trouvé une vidéo très intéressante scientifiquement, celle ou le professeur Joyeux interroge le professeur Fourtillan.

Un problème…ils sont catholiques tous les deux...font ils passer la foi avant la science ?

Après tout, des catholiques scientifiques, il y en a à la pelle ! Copernic, Mendel (génétique), Lemaître (big bang) étaient tous les 3 prêtres.


J'ai décidé alors de prendre contact avec le professeur Fourtillan par internet et participai avec intérêt à ses recherches. Je l'ai rencontré pour la première fois à cette abbaye de Poitiers, le 19 Juin 2018 je crois été bien accueilli gratuitement, et j'ai pu faire connaissance avec d'autres personnes malades.

Pas de prière organisée !!


Le soir le patch comme prévu, (le Professeur Fourtillan nous avait fait une conférence tout à fait scientifique avec l'aide de diapos), et au petit matin, une prise de sang faite par une infirmière.

 

Il m'a dit de baisser tout doucement le traitement de dopamine, en essayant de le faire, sans souffrir.

La dopamine, en effet, contrarie l'effet du patch.

Le matin même on rentre chez nous (j’étais avec mon mari)

Et nous sommes retournés à Poitiers pour récupérer une vingtaine de patchs.

J’ai commencé tout doucement le traitement, donc, en baissant le dosage de dopamine.

 

J'en ai parlé à mon neurologue qui est très intéressé par cette découverte.

Il me suit et m’aide psychologiquement, mais, et il a raison, il reste dans le protocole.

Je suis passée de 1200mg de dopamine à 700mg Sans souffrir, et bien au contraire, j'étais bien mieux !

Mon neurologue a dit qu’il n'avait jamais vu ça ! J’avais arrêté aussi Azilect, Sifrol, et l'antidépresseur.

 

Je me suis mise à faire des nuits correctes ! Je ne dormais avant, que 1 à 4 h par nuit, là c’est entre 5 à 8h.

 

Aucun effet secondaire lié au patch.


Cela fait plus d’un an que le docteur Fourtillan m'envoie des patchs mais avec des séries de ruptures ! Dès que je n'ai plus de patchs, la maladie augmente, alors .je retourne en arrière...reprise de la dopamine, etc…

 

Que devions nous payer ?

Ce que nous voulions, mais autour de 1000 euros, afin d'aider ceux qui avaient des difficultés financières.

 

Conclusion :

J'ai le moral à zéro !

On veut interdire ces patchs qui soignent et qu'ils nous remettent sur le chemin de la vie, et on nous donne, par les moyens officiels, des médicaments qui ont parfois des effets secondaires désastreux...

 

Avez-vous entendu parler du Requip ?

 

J'ai beaucoup d’amis qui ont subi les effets secondaires du Requip.

Lun d'eux s'est retrouvé en prison parce qu'il était devenu violeur de petite fille.

Le policier connaissait ce médicament !

C’est lui qui lui a dit d'arrêter ce médicament !

Et cette pulsion s’est arrêtée 3 jours après.

Et tous les autres, addicts aux achats, aux jeux payants, à la pornographie !


Alors les laboratoires autorisent des médicaments très dangereux et qui font l'effet d'une drogue, et interdit le patch qui remet à Niveau les hormones de la glande pinéale...

 

Aujourd'hui je suis désespérée, révoltée, Mme la ministre me remet sur le chemin de la mort.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF