Lettre à l’adresse de Mme Buzyn de la part de Mr Michel B[…]

 

Non Madame la Ministre de la Santé, l’homéopathie n’est pas un « placebo qui coûte cher ». J’ai connu un médecin qui a guéri son fils atteint de poliomyélite avec l’homéopathie seule, et un autre qui guérit les paralysés en fauteuil roulant. Ce sont les médicaments allopathiques de vos amis qui sont inefficaces, dangereux et onéreux (certains ne sont plus remboursés par la Sécurité Sociale pour ces raisons).

 

Alors, Madame la Ministre, il faut arrêter de chercher des noises au Professeur

Fourtillan pour son traitement efficace, d’un coût abordable et sans effets secondaires car ce faisant vous déshonorez votre profession de médecin.

 

Je me permets de vous rappeler qu’il n’existe qu’une médecine « celle Qui soigne et qui soulage ».

 

Celle du Professeur Fourtillan répond à cet objectif, et si vous refusez de la comprendre, les 400 malades que nous sommes s’en chargeront car nous sommes « horrifiés » par votre grand mépris à notre endroit.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je me suis intéressé à la découverte du Professeur Fourtillan parce que, âgé de 80 ans, je souffre d'une dystonie depuis l'âge de 5 ans, et pour laquelle la médecine allopathique est inopérante, les neurologues invoquant la complexité du cerveau, aussi sont-ils dérangés par cette découverte...

Je suis allé à Poitiers, le Professeur nous a expliqué sa découverte et sous son contrôle une infirmière a fait une prise de sang en vue de personnaliser le traitement.

Je pense injuste "d'inquiéter" le Professeur Fourtillan à la suite de sa découverte, et une fois de plus, on voit bien la lutte de la médecine conventionnelle à l'endroit de l'intégrative, et ce sont bien les malades qui en font les "frais". Et, je ne puis admettre que l'ANSM envisage la possibilité d'effets secondaires graves avec des produits naturels, quand on voit les dégâts avec le Médiator, médicament qui avait sans doute reçu un accord facile auprès de cette Instance.

 

Dans l'espoir que le bon sens prévaudra, et que les patchs seront mis à notre disposition comme prévu le 15 octobre.

 

Bien cordialement

Michel B[…]

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

J'ai bien connu Mr Fourtillan puisque j'ai travaillé une dizaine d'années dans sa clinique, où il a été effectué de multiples études sur divers médicaments.

 

C'est donc en toute confiance que je me suis porté volontaire pour la prise de sang car je savais que j'avais affaire à un professionnel compétent et expérimenté et non à un charlatan (voir son cv).

 

J'ai donc effectué cette prise de sang après avoir eu des explications et avoir pu poser toutes les questions nécessaires.

 

Je n'ai pas reçu le patch car ils ont été distribués en priorité à certaines personnes (parkinsoniens).

 

Malgré tout ce tapage médiatique, je souhaite que cette étude puisse être menée jusqu'à son terme pour avoir un résultat définitif.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage en faveur du Pr Fourtillan et du Pr Joyeux

 

Nous sommes amis avec Yvette et Serge et nous pouvons témoigner que l’utilisation des patchs du Pr Fourtillan améliore considérablement l’état de santé de Serge.

Nous avons pu constater qu’après sa sortie de l’hôpital où il avait été bien drogué, il a pu retrouver un comportement tout à fait « normal » grâce aux patchs.

S’il existe un seul remède capable d’améliorer l’état de ces personnes atteintes de maladies neurodégénératives, ce serait une non-assistance à personnes en danger que de leur en refuser l’accès.

Ce sont des sommes colossales qui sont investies dans la recherche chaque année et cela depuis des années et sans résultat. Et là, personne ne s’indigne !

Alors que l’on condamne un professeur qui ne demande rien, ni à l’état, ni aux associations et qui trouve peut-être une clef pour aider les malades en détresse.

 

Alors, j’en appelle à Madame la Ministre de la Santé pour qu’elle rétablisse la justice et la liberté de se soigner comme chacun l’entend. L’important, c’est le résultat !

 

Martine et Michel

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

Que demande le peuple ? A être en bonne santé et le rester le plus longtemps possible. Notre physiologie et notre constitution nous permettent de fonctionner sans que l’on se pose trop de questions.

 

Pour des milliers de raisons, la machine se grippe et là, on a recours au corps médical, qui nous soigne avec plus ou moins d’efficacité.

 

Comme on est intelligent, on cherche à savoir et à comprendre, dans le but de conserver sa santé, ou de la retrouver bien vite.

 

Suite à un séjour en Grèce, ou étaient présents le Pr Henri Joyeux et le Pr Jean-Bernard Fourtillan, entre autres conférenciers, nous avons appris la découverte de la Valentonine, par ce dernier.

 

Ayant compris l’enjeu de cette découverte et ses applications, nous nous sommes rendus à Poitiers ; en août 2019.  Cette démarche est totalement volontaire de notre part et sans aucune contrainte, de la part de qui que ce soit.

 

J’estime plutôt que nous sommes chanceux d’y avoir accès.

 

Nous sommes en attente des résultats et des patchs, qui suivront.

 

Monsieur et Madame Fourtillan, ainsi que le Professeur Henri Joyeux et son entourage, sont des personnes exceptionnelles et inestimables.

 

Alors, laissons-les faire et agir de façon la meilleure et la plus efficace pour tout le monde.

 

Merci et Bon Courage à tous ceux qui suivent cette belle aventure humaine !

 

Thérèse et Jean-Yves

 

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

 Informations complémentaires

Yvette et Serge […]

Une fois de plus, nous avons pu vérifier l’efficacité des patchs mis au point par le Pr Fourtillan. Début septembre, nous en avons reçus 20, avec la consigne d’appliquer un patch par jour à 19 h et de le retirer à 8 h, le matin suivant. Nous avons connu 20 jours de bonheur indicible. Pas d’agitation, pas d’agressivité, pas de déambulation, une plus grande présence, un regain d’énergie et une implication plus effective à la vie quotidienne. 

 

Une panne de patchs se profilant à l’horizon, notre beau-frère François, a eu l’extrême générosité de nous en donner 10, dimanche dernier pour éviter un sevrage trop brusque. Pour les économiser au maximum, nous avons choisi de ne mettre qu’un demi-patch par jour. La semaine à ce régime a été difficile. Petit à petit, les symptômes sont réapparus : hallucinations, agitation, agressivité et ce besoin perpétuel de quitter la maison qu’il ne reconnaît pas pour retrouver celle de son enfance ou de sa jeunesse qui, hélas n’existe plus. 

 

Vendredi soir, vers 17h45, il a, une fois de plus, quitté la maison à pied. Pour ne pas attiser son agressivité, je l’ai laissé partir et l’ai suivi en voiture. Il voulait prendre le train pour Metz. Arrivée avant lui à la gare, j’ai pu faire dire au guichetier de ne pas lui donner de billet. Ce qu’il a fait. Serge est resté assis dans le hall, puis est sorti, a fait plusieurs fois le tour de la ville, moi à pied, sur ses talons. A 22 h la gare a fermé ses portes. Nous étions à la rue, dans le froid et la pluie. J’ai voulu ramener mon mari, mais il n’a pas voulu me suivre.  Il avait l’intention d’attendre la réouverture de la gare prévue au petit matin. Je suis donc restée avec lui, l’accompagnant partout où il allait. A minuit, Saverne est dans le noir complet, car l’éclairage municipal s’éteint. Mon mari malvoyant a continué ses déambulations jusqu’à 1h 30. A plusieurs reprises, j’ai pu lui éviter la chute, aux conséquences que je vous laisse imaginer. Epuisé, transis de froid (il n’avait qu’un pull sur lui !), c’est lui qui a demandé à rentrer à la maison : la crise était passée, il était redevenu lui-même. Nous avions passé près de 8 h dehors !

La journée suivante a été calme : fatigué de la nuit, il a dormi surtout. Le soir, je lui ai mis un patch entier ! Le sommeil a été serein et réparateur. 

 

Chaque restriction ou arrêt des patchs est pour nous une tragédie. Je souffre de voir l’homme que j’aime plus que tout au monde, sombrer et être dépossédé de lui-même sans rien pouvoir faire pour le soulager et l’aider. Ces médecins et ces autorités de santé savent-ils seulement ce que les malades et leurs proches vivent au quotidien ? Que de temps perdu à s’acharner contre les Pr Fourtillan et Joyeux ! N’y a-t-il pas mieux et plus urgent à faire ?

 

N’y a-t-il pas là « non-assistance à personne en danger » ? Sur internet, on peut lire à ce sujet : Selon l’article 223-6 du Code pénal, est considéré comme non-assistance à personne en danger le fait pour « quiconque [de s’abstenir] volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ». Cette obligation morale s’impose à tout citoyen français.

L’article consulté se focalise sur les professionnels de santé dont les médecins.  (…) La non-assistance à personne en danger n’est pas qu’une situation rencontrée directement entre un seul médecin et un malade (I). Cela peut se produire lorsque deux ou plusieurs médecins sont en conflit au point que cela ait des conséquences préjudiciables à l’égard des malades (II).

 

Nous sommes atterrés et révoltés de voir cloués au pilori deux hommes d’exception qui œuvrent sans relâche pour le bien-être de leurs patients. Nous leur redisons ici notre admiration et notre profonde reconnaissance. Ils ont su détricoter notre détresse et la transformer en ESPERANCE !

Heureux sommes-nous d’avoir croisé leur chemin !

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

 Bonjour

Je suis médecin et ai eu connaissance des recherches du Pr Fourtillan par un ami atteint de la maladie de Parkinson qui met beaucoup d'espoir dans ce nouveau traitement.

Je suis allé consulter son site internet fonds.josepha.org et ses vidéos. Tout cela me parait très scientifique et plausible du point de vue des mécanismes physiopathologiques.

Je viens aussi de lire avec attention les nombreux témoignages déposés sur le site Valentonine.fr

Tous confirment l'intérêt de ces nouveaux traitements que l'on peut qualifier de révolutionnaires, comparables probablement à la découverte des antibiotiques au regard du nombre grandissant de pathologies neuro-dégénératives.

 

J'ai lu aussi plusieurs articles de presse ou vu les vidéos sur le sujet (France info, RTL, le Monde, Presse Océan). Je suis vraiment atterré de leur contenu. Tous répètent en boucle la même chose (le plus souvent des contre-vérités ou des calomnies au regard des témoignages évoqués ci-dessus) mais aucun ne semble avoir consulté le site du Pr Fourtillan pour se faire une idée scientifique sur le fond de la question (rendre un vrai service aux malades) et la partager.

 

Je suis médecin depuis 20 ans et commence à connaître les conflits d'intérêt et les scandales sanitaires passés ou à venir (Statines, IPP, vaccins...).

 

L'histoire donnera raison aux hommes et aux femmes de bonne volonté (qu’ils soient "catholiques" ou "très religieux" , argument un peu fallacieux en pays laïque pour discréditer la pensée scientifique d'un confrère) comme pour l'affaire du Mediator, mais en attendant bien des innocents paieront le prix fort des jalousies, des conflits d'intérêts et des malhonnêtetés intellectuelles de certains responsables médicaux ou politiques.

 

J'en appelle donc au bon sens et à l'honnêteté pour que notre Président Macron et sa Ministre de la santé Madame Buzin s'intéressent au fonds de « la nouvelle affaire Joyeux » !!! pour accélérer les Recherches sur ces traitements et leur diffusion s'il s'avère que les témoignages toujours plus nombreux confirment cette nouvelle révolution thérapeutique « made in France »

Bien cordialement

 

Merci de mettre le pseudonyme de Jean pour des raisons de confidentialité...La dictature sanitaire est forte en France !

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je suis franchement navré d'apprendre les épreuves qui sont actuellement imposées au Professeur Jean-Bernard FOURTILLAN.

Comme il le sait par nos différents échanges de mails et sms, nous n'avons pu véritablement juger de l'efficacité de son traitement par patchs, faute de quantité et de dosages suffisants.

 

Le seul indice que nous avons pu relever et qui laisse à penser que celui-ci est efficace est le suivant :

Mon épouse étant atteinte à l'époque d'une maladie à corps de Lewy assez avancée et décédée depuis mai dernier, a dû interrompre sa prise de Leponex avec accord de son médecin, environ 10 jours avant la pose de patchs, ledit Leponex bloquant le fonctionnement de la glande pinéale, ce qui m'avait été confirmé par le psychiatre qui la suivait.

Ce médicament avait été prescrit par le neurologue de la Pitié Salle-Pétrière pour limiter les hallucinations et cauchemars dont elle était victime.

Après suppression dudit Leponex, les hallucinations et cauchemars reprirent comme 3 ou 4 ans auparavant ; par contre, dès la pose de patchs ces désordres disparurent aussitôt !

Après, malheureusement, faute de patch, il a fallu reprendre le Léponex.

 

L'accueil à Poitiers, à l'abbaye Sainte Croix, fût très intéressant, nous étions une vingtaine.

Lors du repas le Professeur FOURTILLAN commença par nous expliquer ses cursus universitaire et professionnel, le déroulé de ses travaux et de sa découverte ainsi que le programme de mise en place du traitement par patchs mixtes.

Puis il se mit à disposition des participants pour répondre à leurs nombreuses questions.

Ses propos étaient professionnels et emprunts de gentillesse et d'écoute attentive.

Son épouse ainsi que les sœurs de l'Abbaye contribuaient au bon accueil et aux bons soins de tous.

Bref l'ambiance était attentive et excellente ; les participants discutant également entre eux à table pour échanger leurs impressions et témoignages sur leur ressenti de la maladie.

Vers 23h30-24h00, tout le monde monta se coucher, le réveil étant prévu à 4h00 en vue d'effectuer la prise de sang nécessaire pour connaître les dosages hormonaux de chacun des participants.

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner agrémenté de nombreuses questions-réponses, chacun repartit en direction de son domicile.

 

Au plan financier, tout était clair, pour ceux qui le pouvaient il a été demandé de faire des dons à l'association "Fonds Josefa" en fonction de leurs capacités financières, les plus aisés participant au financement de ceux l'étant moins, l'aspect financier ne devant en aucun cas représenter un obstacle pour les malades ; chacun devant "en conscience", fixer le montant de sa participation.

 

Une évaluation étant simplement donnée, à titre d'exemple, du coût de la fourniture des patchs jusqu'à ce que ceux-ci se trouvent en vente libre en pharmacie.

 

Le Professeur FOURTILLAN est un homme de grande qualité, très humain et toujours à l'écoute ; il nous a donné à tous beaucoup de raisons d'espérer enfin pouvoir lutter efficacement contre des maladies telles que Parkinson, Alzheimer, maladie à Corps Lewy dont on sait pertinemment que les traitement actuels sont très insuffisants, ne traitant que les symptômes et non la cause ; et étant pour certains déremboursés par la Sécurité Sociale.

 

Bien cordialement.

 

Jean-Pierre […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je me nomme Jacques M[…], j'ai 63 ans, je ne suis pas malade, juste une glycémie limite à 1,24......

A POITIERS, je suis venu, j'ai vu et j'ai vaincu...........vaincu mes doutes.

Je suis hermétique et systématiquement opposé et contre tout ce qui NOUVEAU ..................Je ne suis pas crétin ou inculte...........

 

Mais j'aime mon épouse qui est malade......Parkinson !!

Les médicaments je connais, c'est moi qui lui prépare sa journée de MODOPAR, REQUIP et autres saloperies.

Elle ne se plains pas, il y a des journées où ça va bien et d'autres où plus rien ne va.

 

On a tout essayé, les médecines parallèles, les trucs bio, les machins sans sucre et avec gluten ou l'inverse, la chasse aux métaux lourds et j'en passe.......Tout essayé et des fois même n'importe quoi !

 

Parce que si il y a un espoir, même mince voire minuscule et bien on le tente; parce que PARKINSON, il faut le vivre pour comprendre.

 

Voilà, je vous ai dressé le tableau, tout cela pour vous dire que quand ma femme m'a parlé du FOND JOSEFA, des Professeurs JOYEUX (déjà connu par ses prises de position médicale) et FOURTILLAN ; j'étais pour le moins sceptique....

 

Et on se retrouve à POITIERS, ma femme avec sa maladie et moi avec mes doutes...

Avec les bonnes sœurs, le côté secte n'était pas réellement évident, elles sont actives, présentes et très discrètes.

 

On nous attribue notre chambre (tu fais ton lit tout seul et le mien de lit avais deux lattes du sommier éclatées), on se retrouve tous dans le hall d'entrée et on attend l'arrivée du Professeur FOURTILLAN (il manquait des sièges, je m'en suis occupé pour donner un coup de main aux religieuses, je suis certain qu'elles s'en souviennent ; j'y était vous dis-je...)

 

Il arrive rapidement accompagné de son épouse, chaleureux et sympathique, il a un mot pour chacun des participants...

 

On s'installe au réfectoire et se on se délecte d'un repas frugal voire monastique.

 

Je viens de Haute Savoie et j'habite dans le Béarn, alors forcément un repas frugal, je savais même pas que ça pouvait exister.

 

Puis on débarrasse les tables et on fait la vaisselle (je l'ai faite avec un belge très sympa qui accompagnait son épouse gravement malade).

 

Et puis enfin, nous avons posé les questions, toutes les questions qui nous taraudaient l'esprit depuis quelques mois, le Professeur FOURTILLAN y a répondu clairement, simplement et d'une manière accessible à tout un chacun.

 

Nous nous sommes quittés tard dans la soirée.

 

Nous avons été réveillés vers 5 heures du matin afin d'effectuer un prélèvement sanguin à tous les participants et puis nous sommes descendus au réfectoire prendre un petit déjeuner Do it Yourself.

 

Et nous sommes partis, ma femme avec son immense espoir et moi avec les réponses à toutes mes questions.

 

CONCLUSION:

Si çà c'est une secte et FOURTILLAN le gourou..........J'en ai parlé à un ami qui est un ancien Sciento (si si j'ai vraiment un pote qui était scientologue) j'ai cru qu'il allait passer l'arme à gauche tellement il rigolait !!!!

 

Nous n'avons pas eu de distribution de patchs avant le coucher, nous n'étions pas des cobayes humains....

 

Par contre, j'y ai rencontré des gens malades, insomniaques, à bout et au bout de tout...... Et à qui, un Professeur en Pharmacologie, pas un charlot ou un hurluberlu, propose une lueur au fond du tunnel. Une vraie lueur pas du blabla.......

 

  Jacques M[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je suis le cousin de Serge […] demeurant en Alsace.

Mon épouse et moi soutenons le traitement avec les patchs, lequel l'a transformé.


Nous sommes régulièrement en contact avec lui et sa femme Yvette et nous constatons le bien apporté par ce traitement.


Auparavant on ne pouvait communiquer avec lui.


Aujourd'hui nous avons retrouvé mon cousin heureux, alerte et plein d'humour. Ce serait regrettable que ça cesse.

Bien Cordialement.


Jacques et Colette.


Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

Je n'ai malheureusement pas eu le temps de tester la Valentonine car mon 1er rendez-vous était prévu en octobre 2019.


Je regrette amèrement que les pouvoirs publics ne s'intéressent qu'à la forme, c'est à dire aux conditions d'utilisation du traitement. J'attends d'un gouvernement responsable est qu'il s'intéresse précisément au fond, c'est à dire aux potentielles qualités du traitement.


Avant même que l'affaire soit qualifiée de "sauvage" ou "dérive sectaire" , j'ai reçu un dossier de 21 pages décrivant le principe de la recherche. J'ai ainsi pu le regarder et le lire attentivement avec le médecin qui me suit depuis 15 ans.


Il était trés facile de trouver les démarches du professeur Fourtillan car j'y ai eu accès en juin 2019 en quelques clics sur internet.


Je souhaite de tout cœur que les recherches du professeur Fourtillan aboutissent en toute légalité avec l'accompagnement des pouvoirs publics pour ces travaux, qui, espérons-le, porte ses fruits.


Bien cordialement,
Laurence  


Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage spontané de soutien au Pr Jean-Bernard Fourtillan et au Pr Henri Joyeux


Mon mari Serge, né le […] 1940, est traité depuis 2007 pour l’apnée du sommeil et souffre de troubles mnésiques depuis 2014, date à laquelle il a subi une lourde anesthésie pour l’ablation de son rein gauche. Durant les trois jours qui ont suivi l’opération, Serge était totalement perturbé. Il avait perdu tout repère spatio-temporel et se plaignait d’hallucinations. De retour à la maison, tout semblait s’être normalisé. Mais en 2018, la situation s’aggrave : il se perd en ville, cherche à quitter le domicile de façon récurrente, déambule la nuit, connaît des épisodes d’agitation et d’agressivité qui le conduisent dans une structure fermée du 5 mars au 5 avril 2019. Il lui arrive aussi de ne pas reconnaître des personnes qui pourtant lui sont proches. La médecine classique n’offrant aucune perspective de traitement satisfaisant, nous nous tournons vers des méthodes naturelles (acupuncture, homéopathie, modification du régime alimentaire et compléments alimentaires). C’est dans ce cadre que nous découvrons l’existence du Pr Jean-Bernard Fourtillan. Le site du Fonds Josefa et un entretien téléphonique avec son fondateur nous confortent dans notre décision de faire appel à lui. Nous avons la chance de pouvoir expérimenter ses patchs. Et les résultats ne se font pas attendre. Dès la première application, à Poitiers, nous ressentons, mon mari et moi, un regain d’énergie. Le trajet de retour se fait en une seule traite, sans fatigue, ni stress. Sachez qu’il nous a fallu 2 étapes pour l’aller !

Mon mari teste les patchs depuis septembre 2018, avec malheureusement des interruptions fréquentes et des dosages insuffisants. Chaque période avec patchs est une renaissance : sommeil réparateur, nuits sereines sans réveils nocturnes, journées normales sans agitation ni tentative de fugue. Chaque interruption entraine turbulences et perturbations : hallucinations, sommeil perturbé ou quasi inexistant, agitation et agressivité.

Nous ne pouvons que confirmer l’efficacité et l’immense bienfait de ces patchs. Imaginer qu’ils puissent être interdits nous plongent dans une infinie détresse.

Je profite de ce témoignage pour signaler que tout ce que l’on peut lire et entendre dans les médias est biaisé et ne correspond nullement à la vérité :
• Ces patchs ne mettent pas en danger la personne qui les expérimente ! Au contraire !!!
• Le Pr Jean-Bernard Fourtillan n’a jamais monnayer les patchs. Il y a parmi les participants des personnes qui n’ont pas déboursé un centime, car trop modestes.
• Le Pr Fourtillan n’a jamais demandé aux participants d’arrêter leur traitement.
• Il n’a pas non plus demandé de cacher les patchs aux médecins traitants. Au contraire, ils étaient intégrés dans la démarche thérapeutique. Lorsque mon mari a été hospitalisé – c’est arrivé 2 fois – le Pr Fourtillan est intervenu personnellement auprès du médecin du service pour que Serge puisse continuer à appliquer ses patchs. Il n’y a donc jamais eu volonté de dissimulation. L’existence du Fonds Josefa sur Internet (que tout le monde peut consulter librement) en est une preuve supplémentaire.

Nous sommes pleins de reconnaissance pour le Pr Fourtillan et le Pr Joyeux, qui par leur collaboration, oeuvrent de façon désintéressée au mieux-être de leurs patients. Un grand merci à eux !

Yvette et Serge

cliquez ici pour télécharger le témoignage au format PDF