Christine Jézéquel a été interviewée par Le magazine de la santé et son reportage est passé sur France 5 ce mercredi 20 novembre.

 

Christine a aussi réalisé sur ce site :

 

Vous pouvez visualiser le reportage TV sur notre chaine Youtube en cliquant ici, ou en cliquant sur l'image ci-dessous :

Vous pouvez apporter vos propres commentaires sur la vidéo présente sur notre chaîne Youtube.

 

 

 

 

Thierry Prévost a été interviewé par RMC Info et son reportage est passé sur BFMTV/RMC Info ce mercredi 20 novembre.

 

Thierry a aussi réalisé le témoignage n°004 sur ce site.

 

Vous pouvez visualiser le reportage TV sur notre chaine Youtube en cliquant ici, ou en cliquant sur l'image ci-dessous :

Vous pouvez apporter vos propres commentaires sur la vidéo présente sur notre chaîne Youtube.

 

 

 

 

La Gazette de Montpellier a interviewé Catherine GELY, atteinte de la maladie de Parkinson et domiciliée à coté de Montpellier.

 

Elle a réalisé le témoignage n°009 sur ce site.

 

Vous pouvez lire directement sur le site de La Gazette de Montpellier le début de cet article ou en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

Hélas ses propos ont été déformé par le journaliste. Catherine nous confirme ne jamais avoir utilisé le mot "Cobaye" comme stipulé dans l'article. De plus certains autres propos ont été modifiés par le journaliste par rapport à ce qu'elle se rappelle avoir dit...

 

Veuillez trouver ci-dessous pour lecture l'article complet :

J’ai été le cobaye volontaire du Professeur Joyeux” Catherine, 62 Ans, souffre de la maladie de parkinson. Il y a deux ans, cette habitante de la métropole a décidé de participer à des tests illégaux menés par le Professeur Henri Joyeux et interdits depuis septembre. Aujourd’hui, avec une association de patients, elle réclame la reprise de ces essais.

Fin septembre, l’Agence de sécurité du médicament prend connaissance d’essais sauvages dans une abbaye de Poitiers, sur 350 patients atteints d’Alzheimer ou de Parkinson, menés par les professeurs Joyeux et Fourtillan. Depuis, le parquet de Paris, saisi de l’affaire, enquête. Selon  Le Monde  , l’information judiciaire est ouverte aux chefs “  d’abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’une personne vulnérable, d’exercice illégal de la profession de pharmacien et de recherche impliquant une personne humaine malgré son interdiction ou sa suspension administrative  ”. Le professeur Joyeux risque la radiation de l’Ordre des médecins.  “On m’a diagnostiqué Parkinson il y a sept ans. J’ai des douleurs articulaires, du mal à marcher, je dors mal. Le 1 er avril 2017, j’entends parler d’une conférence du professeur Joyeux au Corum. C’est lors de cette conférence que les professeurs Joyeux et Fourtillan nous ont révélé leur découverte sur le système veille/sommeil et sur l’hormone de la valentonine. Ça a été une révélation !

Fin mai de la même année, le professeur Joyeux donne une nouvelle conférence à Montpellier. Je lui remets une lettre en mains propres, dans laquelle j’explique que je suis très fatiguée, que j’ai des douleurs et plus d’énergie. Je lui dis que leur découverte représente pour moi un espoir fou, et une piste pour retrouver le chemin de la santé. Il a pris la lettre et m’a promis de me rappeler le lendemain matin. Ce qu’il a fait. Après ça, j’ai envoyé un mail, tous les mois ! Et à l’automne 2018, je reçois enfin le message tant attendu m’informant que je peux faire partie des tests dans une abbaye, près de Poitiers. Je savais parfaitement ce que je faisais, personne ne m’a forcé la main. Jamais on ne m’a demandé d’arrêter mes traitements en cours ou même de garder le secret sur ces essais. J’ai juste signé un papier indiquant que je suivais ces tests et j’en ai parlé à mon médecin.”

“Je me suis rendue à Poitiers en octobre 2018. Nous étions une vingtaine, nous avons tous mangé ensemble, puis nous avons rejoint nos chambres. Au petit matin, une infirmière est passée nous faire une prise de sang. Le lendemain, à 22 heures, le professeur Fourtillan nous a donné notre premier patch de valentonine. C’était comme si on me donnait le saint Graal ! Et, effectivement, cette nuit-là, j’ai mieux dormi et j’ai eu moins de tremblements au réveil. Je suis rentrée chez moi et j’ai reçu mes premiers patchs fin décembre. Un vrai cadeau de Noël ! Ensuite, j’en ai reçu régulièrement. On pouvait donner ce que l’on voulait. Si j’y croyais, il fallait donner les moyens pour que ça marche, et j’ai donné en tout plus de 1 000 €.

Je ne dis pas que c’est un traitement miracle mais, pour moi, les traitements classiques ne sont pas suffisants. En parallèle, j’ai aussi beaucoup travaillé sur mes émotions et mon alimentation, j’ai retiré les laitages et le gluten et je vois un thérapeute. Tout ça me permet d’aller mieux. Depuis deux ans, je n’ai plus besoin de fauteuil roulant.”

“Je suis outrée d’entendre la ministre parler de secte. Une secte, on y entre facilement et on en ressort difficilement. Là, c’est l’inverse. Très difficile d’y entrer et on pouvait en sortir comme on voulait. C’est notre santé qui est en jeu, et on n’a pas le temps d’attendre des protocoles qui durent des années. Si on ne fait rien, on perd notre autonomie et on meurt à petit feu. C’est marche ou crève, j’ai décidé de marcher !”

Propos recueillis par Coline Arbouet

 

 

 

La Nouvelle République Poitiers a interviewé Guy LEGROS, atteint de troubles du sommeil et domicilié à Poitiers.

Il a aussi réalisé avec sa femme le témoignage n°032 sur ce site.

 

Vous pouvez lire cet interview sur le site de La Nouvelle République en cliquant ici ou sur l'image ci-dessous :

 

Une version au format PDF est aussi consultable et téléchargeable ici.

 

La Nouvelle république a aussi publié sur son site Twitter cet interview :  /

 

 

France 3 Poitou-Charentes a diffusé ce vendredi 11 octobre le reportage "Témoignage d'un patient ayant participé aux essais cliniques" : il s'agit de l'interview de Patrick L., qui a aussi réalisé le témoignage n°066 sur ce site.

 

Vous pouvez revoir l'interview réalisé par France 3 Poitou-Charentes en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

France 3 Poitou-Charentes a aussi publié sur son site Twitter les 2 tweets suivants (cliquez sur les images afin d'être redirigé sur le site Twitter) :

 

 

 

RTL a diffusé un interview de "Nadège" le vendredi 20 septembre. La fameuse "Nadège" de RTL correspond en fait à Lucile qui a réalisé le témoignage n°006 que vous pouvez lire sur ce site.

 

Vous pouvez écouter son interview audio en cliquant ici