Droit de réponse du Professeur Jean-Bernard FOURTILLAN

Vous trouverez ci-dessous le droit de réponse officiel du Professeur Jean-Bernard Fourtillan transmis à la presse et aux médias le 22/10/2019.

 

Bonne lecture.

"Le FONDS JOSEFA et moi-même qui suis son fondateur, avons été l'objet d'une explosion médiatique organisée par l'ANSM via l'AFP, la veille de l'ouverture du procès du "MEDIATOR" dans lequel elle est gravement mise en cause.

 

La presse dans son ensemble a repris les termes d'"essais cliniques sauvages", qui auraient été menés par le FONDS JOSEFA dans une abbaye, sur des malades souffrant de troubles de sommeil, de la maladie de Parkinson et d'Alzheimer.

 

Les articles de presse dont celui du présent média ont pu faire penser que j'aurais abusé de la faiblesse des malades pour leur inoculer des produits au pire dangereux, au mieux inoffensifs, en tout cas inefficaces, en leur faisant croire qu'ils pourraient les soulager de leurs souffrances, le tout pour les déterminer à s'engager financièrement auprès du FONDS que je préside.

 

Toujours selon la presse, les malades auraient en outre eu pour consigne de cacher à leur médecin l’application des patchs et de stopper brutalement (pourquoi pas sauvagement ?) leur traitement classique.

 

Les "accents mystiques" du site internet du FONDS JOSEFA et le lieu de l'"expérimentation" qui faisait presque imaginer que les malades auraient été retenus contre leur gré pour subir des expérimentations hasardeuses ont fini de peindre le tableau de "l'horreur et du scandale" dont s'est aussitôt affligée la Ministre de la Santé sur les ondes.

 

Mon attitude n'étant dictée que par le sort des malades, et constatant que pas un journaliste n'avait semblé s'intéresser aux informations scientifiques données sur le site, j'ai préféré dans un premier temps laisser passer l'orage médiatique ; Il est désormais temps de répondre aux allégations déformantes qui sont parues, en expliquant ma découverte, et ses applications.

 

Mon CV est facilement accessible mais il est nécessaire de rappeler que je suis Ingénieur Chimiste de formation, Pharmacien, Pharmacien des Hôpitaux, Professeur de Chimie Thérapeutique et Pharmacocinétique, à la faculté de Médecine et de Pharmacie de l’Université de Poitiers, et que j'ai été pendant des années Expert Pharmacologue Toxicologue spécialisé en Pharmacocinétique (toxicocinétique) auprès du Ministère de la Santé.

 

J'ai dirigé avec mon épouse, elle-même pharmacienne, un centre de recherches biomédicales doté d’une clinique et d’un laboratoire de bio-analyse parmi les leaders mondiaux du dosage de médicaments en milieu biologique, par couplage des chromatographies gazeuses ou liquides avec la spectrométrie de masse.

 

C'est sans aucun doute ces compétences "transversales" qui ont permis mes découvertes.

 

En procédant en 1994 à des travaux de dosage sur la Mélatonine, j'ai découvert l'hormone du sommeil et de la nuit sécrétée par la glande pinéale, que j'ai baptisé Valentonine (VLT), pour laquelle j'ai déposé des brevets d'invention.

 

Testée chez les animaux à sommeil nocturne, la Valentonine s'est avérée parfaitement efficace pour déclencher un sommeil physiologique, n'ayant rien à voir avec les somnifères dispensés très largement en France. Dire comment cette hormone n'a pas à l'époque été commercialisée n'est pas le propos de cette réponse.

 

Cet "échec" m'a permis de poursuivre mes recherches, et de découvrir la relation de cette hormone avec le 6-Méthoxy-Harmalan (6-MH) et la Mélatonine (MLT).

 

L'hormone 6-Méthoxy-Harmalan (6-MH) a été découverte dans la glande pinéale par des chercheurs américains en 1961, dans un centre de recherches qui avait découvert la Mélatonine (MLT) trois ans auparavant. Mais les chercheurs n’avaient alors pas compris qu’il s’agissait en réalité de l’hormone de la veille et du jour.

 

Les trois hormones produites par la glande pinéale, Mélatonine, 6-Methoxy-Harmalan et Valentonine constituent une "cascade biochimique". Elles sont formées successivement à partir de la Sérotonine par trois acétylations enzymatiques successives.

 

Les deux hormones 6-MH et VLT constituent le système veille-sommeil qui assure la régulation totale des vies psychiques et végétatives de l'organisme pendant 24 heures chez tous les mammifères et les vertébrés supérieurs. Jusqu'alors, personne n'avait jamais été capable de comprendre et d'expliquer par quels mécanismes on dormait la nuit et on veillait le jour.

 

A partir de cette découverte, j'ai mis au point un patch qui sert à libérer par voie transdermique les deux hormones VLT et 6-MH d'une façon strictement identique à la sécrétion de la glande pinéale, pendant la nuit.

 

Ce patch sert donc à traiter les patients pour lesquels cette sécrétion pinéale est déficiente et ainsi, les troubles du sommeil, les dépressions nerveuses, de même que les maladies neurodégénératives de PARKINSON et d'ALZHEIMER.

 

Au vu des résultats des études précliniques toxicocinétiques confirmant l'innocuité totale des patchs transdermiques qui distribuent des hormones naturelles, j'ai considéré qu'au même titre que la Mélatonine ou que de nombreux "patchs conforts" présents sur le marché en vente libre, une Autorisation de Mise sur le Marché de la part de l'ANSM ne serait pas nécessaire dans le futur, ces patchs devant pouvoir être vendus librement.

 

J'ai divulgué ma découverte et ses futures applications thérapeutiques dans une déclaration à l’Académie de Pharmacie le 2 décembre 2015 dans une relative indifférence, alors qu'elle apporte des solutions évidentes à des maladies ne disposant d'aucun remède.

 

En vulgarisant ma découverte, de nombreux malades qui l'ont comprise se sont rapprochés de moi afin de pouvoir en bénéficier, ce que j'ai accepté. Je les ai informés de la progression de la fabrication des échantillons de patchs, des coûts et des obstacles rencontrés, ils savent tout.

 

Dans la mesure de ses possibilités compte tenu des difficultés d’approvisionnement, le FONDS JOSEFA a fourni des patchs à un certain nombre de personnes malades. Ils ne sont pas présentés comme des médicaments et ils n'en sont pas réglementairement, ils ne sont pas à vendre, ni en libre accès.

 

Ceux qui ont pu bénéficier des échantillons en quantité suffisante, même sur une période restreinte, ont pu voir leur état se transformer, je souhaite qu'ils fassent le choix de témoigner, même s'ils l'ont fait déjà fait de manière anonyme sur un site internet que nous avons dédié à la Valentonine. D'autres attendaient de pouvoir profiter d'une livraison d'échantillons du constructeur allemand, désormais en suspens par le fait de la décision de l'ANSM.

 

C'est la santé des uns et l'espoir des autres qu'on assassine, les responsables prendront leurs responsabilités, au moins morale je l'espère.

 

Il n'y a pas d'"essai clinique" car il n'y a pas de médicaments mais une substance naturelle que des gens responsables qui ont décidé de se soigner ont souhaité prendre, il n'y a pas de patchs qui se vendraient "sous le manteau", il n'y a pas d'"essai sauvage" avec des cobayes ignorants entre les mains de Professeurs manipulateurs, il n'y a pas de "confiance abusée", il n’y a aucune demande d’arrêt des traitements ni de vœu de silence, il n'y a pas de place pour les déclarations de la MIVILUDES.

 

Il peut y avoir de savants professeurs qui ne savent pas, et des chercheurs qui ne trouvent pas, je suis évidemment à leur disposition pour leur expliquer, il y a urgence à ce qu'ils comprennent au nom de la santé des malades.

 

Jean-Bernard FOURTILLAN"